MULTIFONCTION JET D'ENCRE

Mohamed El Hayani - محمد الحياني

Paused...
« »

    Biographie de Mohamed El Hayani

    Mohamed El Hayani

    D’où était-il originaire?

    El Hayani, de son vrai nom Si Mohamed LAHYANI - Qu'Allah ait son âme en sa miséricorde - né à Casablanca en 1943 et décédé le 23 Octobre 1996 à l’Hôpital Ibnou Sinaa à Rabat, avait un père prolétaire loyal, docile, illettré, indulgent et très pieux. Sa mère, encore vivante, est une femme d'intérieur, conciliante, dominante et attentive, et aussi méfiante et farouche.

    Feu Si Mohamed El Hayani était donc le produit d’un couple ordinaire et modeste où rien ne lui permettait de recevoir ce qu’il avait donné, sa vie durant. Dans ce milieu naturel, nulle chose ne laissait présager qu'on pouvait y acquérir ce qui conduisait à devenir un homme public.

    Ses parents, descendants d'une famille Charkaouya qui avait quitté, il y a plusieurs générations Boujad, se déplaçant au gré des événements jusqu'à traverser l'Atlas, pour enfin s'implanter dans une oasis appelée Skoura, avaient, dans les années vingt et trente, fait le chemin inverse pour venir s’installer à Casablanca.

    La tribu de Skoura des Ahl El Ouest est située entre Ouarzazate, la ville du cinéma et Kalaât M'gouna, connue pour son Moussem des roses. Le Dchar natal des parents du défunt, Douar Ait Ben Cherki, où des ruines témoignent de la grandeur des anciens, est un hameau d'habitations en dur, dépendant de la Machyakhat Amazzaourou, fraction Lahyaina, d'où le nom patronymique LAHYANI

    Un chanteur d’une trempe exceptionnelle

    Depuis son lancement, Si Mohamed El Hayani avait multiplié succès après succès. Il a été tout le temps classé parmi les premiers chanteurs au Maroc. Il avait toutefois marqué son parcours que l'on ne peut qualifier ni de carrière ni de métier par des sorties fracassantes.

    On le sait, au Maroc, la chanson est une chose abstraite qui ne donne lieu qu'au paiement d'une somme d'argent, sous forme de cachet ou de forfait, ne conférant aucun droit de propriété au chanteur qui peut, en plus, être dédoublé. C'est-à-dire que n'importe qui a toute latitude d'enregistrer ce qu’il a interprété, de son vivant ou après sa mort, avec seulement l'autorisation du détenteur de droit d'auteur, en l'occurrence le parolier, le compositeur ou le producteur.

    En marquant son dernier retour dans l'espace artistique, le 2 décembre 1991, après une retraite forcée, lors d'une soirée organisée avec un éclat au Royal Mansour à Casablanca, il s’était définitivement imposé par une renaissance mélodique triomphale.

    Il avait une enfance normale

    De sa petite enfance à l’âge où il s’était pris en charge, les siens remarquaient chez Si Mohamed, d'un physique charmant, son calme, sa manière de soigner son look et son attitude à se satisfaire de peu ; il se coupait bien les cheveux, et à longueur de journée, il se lavait et s'habillait au mieux qu'il pouvait, sans user du tapage, comme le faisait son frère aîné, pour réclamer des vêtements neufs à l'occasion des fêtes.

    Il avait grandi dans une famille où on mangeait à sa faim, tenu au chaud; ce n'était pas la fortune ou la misère, juste le nécessaire pour vivre décemment. Durant son enfance, et, par la suite, son adolescence, il s'affirmait dans cette ligne de désintéressent et d’indifférence. La facilité et la négligence constituaient sa préférence. Devant des situations délicates ou complexes, il optait pour l'abandon ou la résignation.

    Ingratitude

    Au fur et à mesure que Si Mohamed El Hayani fréquentait les hautes sphères, et à force de côtoyer des gens de grandes familles, la belle vie, le confort et les décors attrayants l’attiraient, forgeant en lui le goût du luxe. Ce point faible a été exploité par ses détracteurs pour le saper, sans vraiment atteindre sa célébrité, toute réussite suscitant automatiquement des jalousies et des convoitises, cela étant évident.

    D'un caractère étranger au milieu professionnel où il évoluait, il subissait coup après coup, avec fureur et sans pitié, et cumulait intérieurement les effets néfastes de ces frictions, sans aucun moyen efficace d’amortir ces chocs; il ne s'en inquiétait même pas, mais il en était stressé jusqu'au bout.

    Une quinzaine d'années avant sa mort, il s’était bêtement tombé dans un piège que ses ennemis lui avaient soigneusement tendu ; sciemment préparé, ce gouffre était catastrophique pour le restant de sa vie. Sans le savoir, il s'est jeté dans la gueule du loup, sous l'emprise d'un amour trompeur et nuisible ; il résistait de toutes ses forces, dans le chagrin et en silence.

    Le fait que la profession ne lui ait pas rendu un hommage posthume, après sa mort, est une certitude de cet acharnement.

    Les secrets de la gloire

    Lorsqu'on avait découvert que sa voix était un don divin, il ne faisait rien pour se faire valoir : au lieu de brûler les étapes pour se lancer, il attendait patiemment les choses venir vers lui, n’exprimant aucune ambition, et ne manifestant pas de prétention. Il s’était toujours contenté de son rôle de chanteur, ne cherchant pas de cumul.

    Il allait doucement mais sûrement; avec l’avènement du petit écran, sa gloire le surprit. Personne ne pouvait plus nier sa célébrité en tant que chanteur.

    Il n'a jamais été le genre à guetter les occasions ou à en profiter à fond, lorsqu'elles se présentaient spontanément. Il n'était pas, non plus, animé de l'esprit d'assisté ; la sauvegarde de sa dignité l’empêchait de courtiser les gens.

    Parcours

    Il n'est pas aisé de retracer le parcours de feu Si Mohamed El Hayani, tellement son oeuvre artistique était abondamment diversifiée et progressivement dispersée, de sorte qu'il s'était distingué, dans le domaine de la chanson, par un accomplissement persévérant, mais sans précipitation, aucune ; la description par étapes de sa carrière semble mieux convenir pour présenter son itinéraire.

    Ainsi, il a débuté dans le métier, après un bref passage au conservatoire municipal de Casablanca, par l'interprétation de sa première chanson en compagnie de l'orchestre de la Radio de cette agglomération, métropole d'où il était natif. Auparavant, et depuis sa petite enfance, il avait découvert sa vocation, en chantant passionnément Mohamed Abdelwahab et Abdelhalim Hafed ; il s'était avéré que sa voix était un don divin ; un professeur avait indiqué d'ailleurs qu'elle n'avait nullement besoin d'être travaillée. C'était un atout formidable pour son avenir Le déclenchement de sa carrière s'était produit lorsque, en 1961, l' avènement de la boite magique, qu'est la télévision, aidant, Si Hamid Benbrahim avait cru en lui ; il faisait alors partie de la chorale de l'orchestre national. Des coups de pouce de Si A.T. El Alj & Si A.Chenguiti n'étaient pas suffisamment énergiques pour un vrai décollage ; il ne restait pas moins que ces différentes tentatives constituaient la première étape du
    début de carrière de Si Mohamed El Hayani.

    Son départ à l'improviste pour le Caire, une fois lancé son cri d'alarme, avait pris une tournure dans sa vie d'artiste montant et prometteur. Il était parti rencontrer les grands et en côtoyer les meilleurs, voulant entrer par la grande porte dans la profession. Ce fut pour lui une élévation d'esprit et un enchérissement indéniable pour avoir beaucoup plus de confiance en lui. Il avait regagné la patrie, la tête haute, armé d'une bonne dose de réalisme pour embrasser de vrai son métier de chanteur ; cette seconde étape, sans bruit ni tapage, le mit en bonne disposition pour se mettre au service de la musique.

    Grâce à sa collaboration avec les grands compositeurs et chefs d'orchestre, en l'occurrence, feu Si Abdeslam Amer et Si Abdelkader Rachdi, ainsi que sa coopération avec Si Abdelati Amenna, Si Abdelkader Ouhbi ou Si Abdellah Issami, le point de départ de sa carrière était définitivement marqué. En un laps de temps, il devint à la fois confirmé et renommé, sa célébrité ayant pris des coups d'accélérateur. Il décida alors d'entreprendre sa première tournée à l'étranger, portant son choix sur le pays voisin où il avait émerveillé le public algérien, par ses passages à la télévision et les nombreuses soirées publiques organisées ici et là. C'était pour l'examen de passage pour démontrer sa maîtrise dans le domaine de la chanson, en tant qu 'interprète artistement apprécié et hautement valorosé.

    Entamant l'étape suivante, au retour, il forma un trio avec le parolier Si Ali Haddani et le compositeur Si Hassan Kadmiri ; il en résulta des succès répétitifs qui se suivaient et ne s'arrêtaient pas : un travail bien
    sélectionné et raffiné. Ce fut le disque platine, puis le disque d'or, la décoration par le Président Bourgiba, et un début au cinéma, suivi de sa consécration meilleur chanteur de l'année : un événement capital pour sa
    vie. Il en devint une star parmi les quelques noms qui occupaient une bonne place dans le milieu professionnel, sans un statut défini, certes.

    Vint ensuite une période sombre où il s'était complètement retiré du champ pour donner libre cours aux autres, à la grande surprise de ses nombreux admirateurs qui jugeaient incompréhensive cette absence totale de la scène. Il s'était isolé pour procéder à un examen de conscience, en analysant son bilan et en en évaluant les côtés positifs et négatifs ; durant plusieurs mois, il ne faisait que méditer, allant jusqu'à intriguer ses concurrents ; il en était heureusement sorti en se ressaisissant lui-même pour se lancer à
    nouveau.

    Le dernier épisode de sa vie artistique, en reprenant son travail, avait révélé son couronnement, puisque il devint le chanteur le plus populaire par son style ; l'encouragement de son public qu'il charmait à tous les coups,
    était tellement remarquable que son lien avec l'art devenait irréversiblement solide. C'était le moment fort où il avait atteint sa gloire, de sorte qu'il ne vivait plus que pour la chanson, surtout en
    luthiste. Il acquit la qualité de superstar bien aimée. Sa notoriété l'incitait à entamer de grandes tournées dans le monde arabe, en Europe et en Amérique. L'honneur d'être apprécié à sa juste valeur dans les soirées mondaines de la haute sphère concrétisa son succès. Toutefois, cette grande période a été entrecoupée par sa maladie, accompagnée d'un talonnement qui lui causait énormément de problèmes. Il en avait grandement souffert.

    Toujours est-il qu'il était parti en laissant un répertoire de 34 chansons de meilleurs choix et de bon goût, presque toutes très agréables à écouter.

    A Dieu l'Artiste.

     

    Photos de Mohamed El Hayani

    Photo de Mohamed El Hayani numéro : 973 Photo de Mohamed El Hayani numéro : 3513 Photo de Mohamed El Hayani numéro : 30431 Photo de Mohamed El Hayani numéro : 30923

    Commentaires sur Mohamed El Hayani

    • Pseudo : Nouzha
    • Date : 14 novembre 2008
    • Heure : 1:37 GMT
    • Commentaire n° : 2994

    Voilà une autre nuit où le sommeil fait défaut. Et voilà que j'écoute et réécoute encore et toujours Mohamed ELHYANI. Que dire devant tant de charme, sinon que j'ai pleuré en écoutant la chanson "Dounia" qui , à elle seule résume toute la vie de ce grand chanteur.
    J'écris ces mots humbles avec une tristesse immense et une grande nostalgie à cette période où nous sauvegardions un minimum de goût.
    Merci pour ce témoignage envers un chanteur d'une renommée internationale qui n'a eu que le soutien de Feu Sa Majesté le Roi Hassan II que Dieu l'ait en Sa Sainte Miséricorde.
    Merci surtout de nous avoir, mon mari et moi permis de vivre des moments de musique et de chanson intense grâce à cette voix d'or qui est de loin la meilleure dans le monde arabe.J'ai de ce fait envie de créer un site pour le souvenir de ce grand chanteur marocain.
    Pour moi EL HIYANI n'est jamais mort.Il suffit que sa voix me vienne de loin avec sa "Rahila " surtout la nuit pour que toutes les péripéties de ma vie me reviennent au galop....

    • Pseudo : Ramadan
    • Date : 25 octobre 2011
    • Heure : 7:04 GMT
    • Commentaire n° : 11671

    Un immense talent et une très grande sensibilité. Je l'écoute toujours avec beaucoup de plaisir. Les grands hommes ne meurent jamais. Ils demeurent vivant grâce à leurs réalisations et leurs œuvres. Je me rappelle qu'à la fin des années 60 et les débuts des années 70 il n'y avait pas beaucoup de distractions, les gens suivaient des séries sur la radio, la télévision commençait mais la radio était très écoutée surtout pour transmettre les succès du trio de l'époque Abdelhadi Belkhayat, abdelwab Doukai et Mohamed El hiyani. Il y avait une rivalité extraordinaire entre les trois qui se surpassaient par leurs succès: El kamar alahmar, rahila, a chatea, mana illa bachar, bared Wa skhoun, etc.
    Merci les artistes.

    • Pseudo : Saber
    • Date : 17 decembre 2011
    • Heure : 4:06 GMT
    • Commentaire n° : 11802

    Sidi mohamed al haynani, l’un des artistes marocains, qui avait son charme physique et spirituel ;
    J’ai connu si mohamed à travers ses chansons alors que je n’avais que 8 ans et je l’ai admiré déjà à cet âge. Mon amour pour ses œuvres n’a fait que croitre à mon adolescence. La seule chose qui attirait mon attention quand il chantait au petit écran c’était son air sérieux au point de le prendre pour quelqu’un qui est toujours triste alors que ce n’était pas le cas. C'était plutôt sa rigueur en chantant qui l’emportait, et qui a donné à ses chansons le label de l’éternité. C'était un chanteur d’exception qu’a connu la scène marocaine.

    • Pseudo : Souiida
    • Date : 27 février 2009
    • Heure : 14:12 GMT
    • Commentaire n° : 4326

    En 1973 Si Mohamed El Hayani reçut le 1er prix de la chanson marocaine pour la chanson : ''BARED OU SKHOUN YA HAWA'' au palais Al Kabbaj à Rabat. Prix qui lui a été remis par le grand ABDELWAHHAB ADDOUKKALI.
    ALLAH YRAHMOU Si Mohamed El Hayani était un artiste très courtois modeste et élégant. En plus du soutien qu'il apportait à sa famille il ne s'était jamais détourné des amis qui avaient besoin de lui et surtout comme on dit familièrement " OULED ED_DERB" ; INNA LILLAHI WAINNA ILAYHI RAJIOUN.
    Je souhaite voir la chanson ''MAN DAY BHAAK KAHHALT AAYOUNI BLLIL WNHAR NABIYOU LLAH RASSOULO LLAH ANA BLLAH SIDI WBIK ANI''ajoutée à son répertoire. MERCI.

    • Pseudo : Malak
    • Date : 24 juillet 2009
    • Heure : 6:51 GMT
    • Commentaire n° : 6117

    Que dire de ce grand, cet immense chanteur, c'est un soleil qui a cessé trop tôt de briller. C'est grave mais après toutes ces années après sa disparition, j'ai encore une forte envie de le pleurer. Si lhayani, c'était le rêve de toute une génération de jeunes gens, qui avaient envie de lui ressembler, d'être ses amis ou autre, qui bien sûr adoraient ses chansons, son élégance naturelle et ses bonnes manières.
    Repose bien cher disparu, sache que nous ne cesserons jamais de te pleurer et j'espère que les responsables prendront soin de ta fille et de ta famille.
    Une très grande Fan.

    • Pseudo : Nina Ribati
    • Date : 5 novembre 2010
    • Heure : 20:25 GMT
    • Commentaire n° : 10219

    Quelle était belle l'époque où on écoutait de la bonne musique et les belles chansons surtout celle de sidi mohamed. Je ne vous cache pas qu'elles ont encore le même impact sur moi chaque fois que je l'écoute. Que Dieu ait son âme. Il était mon chanteur préféré voire même adoré. Je me rappelle la fois où je l'ai rencontré moi et mon fiancé à l'hôtel mounia de casa ça a été comme un rêve pour moi. Je regrette beaucoup son absence aujourd'hui. Merci à vous de nous permettre de l'écouter; je suis sûre que personne ne pourra oublier une telle voix ni un si beau art d'interprétation.

    • Pseudo : Hassan
    • Date : 18 mai 2009
    • Heure : 0:44 GMT
    • Commentaire n° : 5345

    Salam Alikoum
    Mohamed El Hayani reste le grand chanteur du monde musulman. Qui va oublier sa superbe chanson Rahila. Cette chanson a traversé le temps, faisant de lui un grand succès populaire, toujours vivant dans les cœurs.
    Sa famille parle de lui en évoquant sa fierté, sa bonté et son élégance. Il n'été jamais matérialiste c'est vrai artiste
    Jazakoum Allah khairan pour cette biographie et ses superbes chansons.
    Rahmatou allah alayh. Allah Ysaber sa famille, et surtout sa fille qui la lui ressemble fort.

    • Pseudo : Sweety75
    • Date : 27 novembre 2010
    • Heure : 15:51 GMT
    • Commentaire n° : 10412

    En cherchant des supports culturels et musicaux sur mes racines et celles de mes grands parents j'ai découvert la mélodie douce mélancolique et sublime du titre bard u skhoun, j'aime beaucoup mohamed al hyani qui représente selon moi l'âge d'or de la Chanson Marocaine malgré que je ne comprends pas toutes les paroles, je pense que ce fût une époque ou la romance et les relations humaines étaient exprimées à travers les chansons ce grand artiste dont la pérennité réelle atteste sa grandeur d'âme.

    Paix à son âme.

    • Pseudo : Lahcen
    • Date : 7 avril 2009
    • Heure : 15:34 GMT
    • Commentaire n° : 4814

    Je ne sais quoi dire d'un aussi grand chanteur si mohamed el hayani rahmatou allah alayh. C'est quelqu'un qui a un charisme extraordinaire qui émane de ses chansons et qu'on écoute chaque fois avec un grand plaisir. A croire qu'elles sont diffusées pour la 1 ère fois, ses chansons sont immortelles, comme l'image de si mohamed el hayani, l'homme tranquille, sage, qui communique beaucoup d'humanisme, de douceur et qui nous donne la force et le courage d'avancer dans la vie et d'aller de l'avant, c'est un grand homme parmi les grands.

    • Pseudo : Oum
    • Date : 30 avril 2009
    • Heure : 16:21 GMT
    • Commentaire n° : 5139

    Un homme d'honneur doublé d'un chanteur hors-pair, et la médiocrité de la chanson marocaine actuelle ne fait que le confirmer chaque jour. Avec la sincérité de sa voix et son talent, il avait toujours su, le temps d'une chanson, nous détourner de nos préoccupations quotidiennes. il est et restera à jamais gravé dans nos mémoires et nos cœurs.
    Six pieds sous terre, Si Mohamed, tu n'es pas mort
    Pourquoi un chef-d'œuvre comme "Man Day Bhak Kahalt 3youni" n'est-il pas dans son répertoire?

    • Pseudo : Rachid
    • Date : 28 octobre 2010
    • Heure : 15:55 GMT
    • Commentaire n° : 10156

    Mohamed El Hiyani était un chanteur qui avait une voix incomparable ni au Maroc ni nulle part ailleurs. A mon avis, c'est peut être la meilleure voix que j'ai entendue. Ses chansons sont très envoutantes, sa musique a un cachet particulier. Après la disparition de ces monstres sacrés de la chanson, le Maroc a perdu des ténors. Sincèrement, aujourd'hui la scène marocaine est très pauvre et dispose de chanteurs qui n'ont même pas droit de citer, et quel dommage pour ce pays qui a enfanté des génies de la musique.

    • Pseudo : Younes
    • Date : 28 février 2009
    • Heure : 16:58 GMT
    • Commentaire n° : 4334

    Je n’ai malheureusement jamais eu la chance de te rencontrer pour te dire combien je t’aime à Si Mohammed. Pour moi tu n’es pas mort à Si Mohammed et je vais toujours attendre le jour où je vais te rencontrer in chaa Allah dans l’autre vie pour te le dire, pour te dire, je t’adore à Si Mohammed Lhayani, tu me manques trop et tu nous manques tous trop, Allah Irahmek à Si Mohammed Lhayani et yej3lni m3ak fi firdawss al a3la mina ljanna in chaa Allah. Je t’adore Si Mohammed.
    Younes.

    • Pseudo : H Mida De Tiaret
    • Date : 1 aout 2010
    • Heure : 12:33 GMT
    • Commentaire n° : 9507

    J'ai eu l'occasion de connaitre le maitre si Mohamed en Algérie en 1972 et plus précis a Tiaret c'est un très grand chanteur et très estimé en Algérie que Dieu est son âme et merci pour ses belles chansons j'aime beaucoup la chanson BARED OU SKHOUN YA HAWA ainsi que RAHILA et bien la vie est ainsi faite on doit se séparer un jour et prions Dieu que ça soit sans rancunes aucune la Musique Marocaine est indétrônable et elle le restera toute l'éternité.

    • Pseudo : Nour_nour
    • Date : 22 mars 2009
    • Heure : 0:58 GMT
    • Commentaire n° : 4592

    Bonjour,
    Si Mohamed HAYANI était l'un des grands chanteurs au Maroc et même aux pays arabes. Il était un vrai homme, un brave que nous ne pouvons pas de trouver des gens pareils. Il avait une grande et forte personnalité à tel point qu'il n'a jamais tendu sa main pour n'importe qui.
    Il a laissé un album varié de chansons que nous ne pouvons jamais les oublier et surtout la chanson de RAHILA.
    ALLAH YRHAME SI MOHAMED HAYANI.

    • Pseudo : Ghazalou
    • Date : 20 decembre 2008
    • Heure : 20:02 GMT
    • Commentaire n° : 3566

    Allah Irham Si Mohamed EL Hayani, je n'aime entendre "Bard ou skhoun ia hawa" que de lui, ainsi que toutes ses chansons, sa voix chaude profonde et sensible n'a pas d'égal.
    Je souhaiterai qu'il y ait des personnes responsables qui supervisent toutes les reprises pour qu'elles ne soient pas bâclées par des mauvaises voix et de mauvaises interprétations par respect à tous nos vrais artistes. Merci.

    Placer un lien vers la page de Mohamed El Hayani sur votre site ou blog

    • Poster sur votre blog
    • Lien de cette page
    • Poster dans un forum

    Site officiel de Mohamed El Hayani, photo de Mohamed El Hayani, chanson de Mohamed El Hayani, album de Mohamed El Hayani 2017, video clip de Mohamed El Hayani , parole de Mohamed El Hayani , ecouter Mohamed El Hayani mp3


    Coran sur Assajda.com